Cher visiteur du campus,

Bienvenue dans ce haut lieu de savoir spécialisé dans la cuisson de la volaille : l’Université du Poulet.

J’ai créé cette université en 1952 afin de m’assurer que ma façon originale de préparer le meilleur poulet frit qui soit puisse être suivie dans tous mes restaurants. Pas question de tourner les coins ronds.

J’ai entendu dire que certaines personnes sur les interwebs ont une dent contre mon poulet, en se plaignant sur Tweeter que mon produit ne goûte pas comme avant. En lisant ces commentaires, j’avais presque envie de crier, parce que personne ne connaît plus l’art de la cuisson du poulet sous pression que votre Colonel.

Et pour le prouver, j’ai rouvert les portes de l’Université — pour former de nouveau mes cuisiniers afin qu’ils puissent faire les choses de la façon originale. Oui, j’ai bien dit cuisiniers, parce que nous en avons depuis toujours. Je crois fermement qu’il n’y a pas de raccourcis quand on veut bien faire les choses. C’est pourquoi nous farinons soigneusement à la main chaque morceau de poulet élevé au Canada, pour ensuite faire cuire le tout à la perfection.

Je sais qu’en tant que véritable connaisseur de nourriture succulente, vous voudrez vous inscrire à ce noble établissement. Mes amis, je suis désolé de vous décevoir, mais notre école est réservée exclusivement aux cuisiniers PFK. Cependant, vous pouvez quand même faire le tour et découvrir comment nous préparons notre poulet pour qu’il soit bon à s’en lécher les doigts. Et malheureusement, vous ne pouvez pas entrer dans l’écran pour savourer ce délicieux poulet frit dont nous vous parlons. Je le sais, j’ai essayé.

Salutations distinguées,

Apprenez l’ABC de la préparation de PFK.
Que pensiez-vous que nous utilisions? Voici un petit cours de rattrapage offert par certains de nos éleveurs d’ici.
Rencontrez les anciens étudiants
Raymond Semen, Saskatchewan
Cuisinier PFK depuis plus de 10 ans
« On m’arrête dans la rue lorsque je porte mon chapeau PFK, les gens me disent qu’ils n’ont jamais mangé de poulet PFK aussi bon que celui du restaurant d’Estaven. Le Colonel a toujours fait tout en son pouvoir pour offrir au monde entier son succulent poulet. Alors je ne veux pas le décevoir. »
farmer face
Radley Steeves, Nouvelle-écosse
Cuisinier PFK depuis plus de 5 ans
« Fournir de l’excellent poulet aux clients et les voir satisfaits après leur repas, c’est la meilleure partie de mon travail. Le poulet PFK est vraiment super! »
Alvin Nicdao, Saskatchewan
Cuisinier PFK depuis un an et demi
« J’aime entrer dans la cuisine vide le matin, mettre de la musique et créer une bonne ambiance. Ce sont ces moments qui permettent de tisser des liens et qui font que mes collègues PFK deviennent ma famille. »
Jordan Lundberg, Saskatchewan
Cuisinier PFK depuis plus de 4 ans
« Je fais de mon mieux pour m’assurer que mon poulet puisse passer le célèbre test de la cuillère en or du Colonel. Mes quatre ans chez PFK m’ont appris que pour atteindre l’excellence, il faut travailler fort et êtres discipliné. La façon du Colonel, c’est MA FAÇON! »
David Audet, Québec
Cuisinier PFK depuis 28 ans
« J’ai été déclaré 3 années de suite Meilleur Cuisinier au Québec. J’ai continué à travailler de façon appliquée pour me rendre aux ‘‘Olympiques des cuisiniers’’ au niveau national (Canada) à Halifax, et c’est avec beaucoup de bonheur que j’ai obtenu la 3e place. »
Rolly Villones, Saskatchewan
Cuisinier PFK depuis plus de 20 ans
« Avant d’arriver à Weyburn, en Saskatchewan, j’ai travaillé chez PFK aux Philippines pendant 17 ans, où j’ai remporté la compétition du Meilleur Cuisinier PFK. Chaque jour j’essaie de me mettre à la place des clients, et je leur prépare le meilleur poulet possible. »
Clayton Jon McQuarrie, Colombie-Britannique
Cuisinier PFK depuis plus de 3 ans
« Lorsque j’entre au travail, je mets tout mon cœur dans ce que je fais. J’essaie toujours de rehausser la qualité de mon poulet ou la vitesse de préparation, ce qui est stimulant pour un perfectionniste comme moi. »
Brian Jacobson, Colombie-Britannique
Cuisinier PFK depuis 13 ans
« Je me souviens d’un moment où tout le monde au travail s’est serré les coudes. C’était la fête des Pères et le poulet nous a été livré entier. Nous avons rapidement sorti nos couteaux et avons commencé à le couper, tout le monde contribuant à sa façon. Nous avons surmonté cet obstacle et nous nous sentions vraiment comme une famille après cet événement. »